×

TAPEZ VOTRE RECHERCHE ET APPUYEZ SUR ENTRÉE

Chargement...

Tango Nomade investit les façades de la MÉCA pour un ballet aérien renversant !

Clémentine Ponsin Clémentine Ponsin

Tango Nomade investit les façades de la MÉCA pour un ballet aérien renversant !

Âmes sensibles s’abstenir ! C’est un tango vertical et vertigineux que nous a offert la Compagnie Tango Nomade, dans le cadre de sa résidence artistique avec l’OARA. Un moment magique suspendu dans le temps… et dans les airs ! 

Il s’agit d’une performance tout simplement spectaculaire signée la Compagnie Tango Nomade. Prévu pour septembre dernier lors des Journées du Patrimoine, puis annulé, le spectacle a finalement eu lieu il y a quelques semaines. La prestation nous a fait rêver et oublier le temps d’un instant notre quotidien confiné grâce à un ballet aérien qui a investi les façades de la MÉCA.

Accrochez-vous bien ! Transformer la MÉCA en piste de danse verticale ? En voilà une idée vertigineuse ! C’est pourtant la performance tout simplement renversante qu’a réalisée la Compagnie de danse avec 4 danseurs, un harnais, et beaucoup d’audace.

The sky is the limit

Bravant toutes les lois de la gravité, les acrobates ont enchaîné des mouvements de danses à la verticale en escaladant les murs du musée girondin à 360 degrés. Ce spectacle de ballet aérien époustouflant a duré exactement 3 minutes, mais il aura suffi à nous donner des frissons ! Et réussir à nous prouver que la poésie existe encore, c’est déjà un exploit…

Publicité

Mais gravir les murs de la MÉCA, cette arche métallique gigantesque au point de fuite distordu, ç’en est un autre ! Le secret ? Beaucoup de talent, du courage, une technique digne des explorateurs alpins, et un entraînement intensif ! Rien n’arrête la troupe de danseurs habituée à réaliser toutes sortes de singeries sur les façades de bâtiments, halls de gares, places publiques

Lors de cette performance poétique à souhait, l’émotion et les sensations fortes étaient au rendez-vous ! Les sculptures qui ornent le toit de l’édifice ont pu prendre vie lors d’une choréographie de haute voltige. À l’aide de techniciens marionettistes qui tiraient les ficelles, les artistes se sont adonnés à un exercice de funambulisme au-delà des murs, réalisant saltos, vrilles, renversement, roulades, et toutes sortes d’acrobaties. Un bel hommage à au joyau architectural de la MÉCA, et à la culture !

© Photo de couverture : MÉCA / Tango Nomade
À faire Culture