×

TAPEZ VOTRE RECHERCHE ET APPUYEZ SUR ENTRÉE

Chargement...

Street art : ces oeuvres qui mettent la femme à l’honneur à Bordeaux !

Clémentine Ponsin Clémentine Ponsin

Street art : ces oeuvres qui mettent la femme à l’honneur à Bordeaux !

Un peu partout dans la cité girondine, les femmes investissent l’espace urbain. Sur les murs et hors les murs, les femmes sont tour à tour muses et artistes, plurielles et engagées. À l’approche de la Journée Internationale des Droits des Femmes, Bordeaux Secret vous livre les plus belles oeuvres de street art qui célèbrent la Femme à coups de pochoirs et de bombes ! 

Les cris tacites de @morganevisconti

Les femmes rugissent et prennent de la place dans l’espace urbain à travers cette oeuvre mêlant collages, photos et textes. Morgane Visconti nous offre un projet féministe engagé qui donne la parole aux femmes. « Pourquoi tu cries, Aurore ? » Toutes générations et classes sociales confondues, elles sont invitées à pousser un cri dans l’espace public. Un cri libérateur, à la portée au-delà des murs, accompagné d’un texte poétique, véritable témoignage de chacune des crieuses. Un cri qui dérange, qui remet en cause, qui dénonce les normes sociales imposées aux femmes. L’idee : ne plus taire ces cris réprimés !

Portraits de femmes par Nasti

L’oeuvre de Nasti déborde de féminisme. Le graffeur représente les femmes dans leur diversité la plus totale, toutes générations, classes sociales et origines confondues. Toutes ont un message à faire passer, par le regard, toujours défiant, perçant et presque troublant de ces femmes au tracé réaliste et à l’arcade sourcilière levée, comme un grand point d’interrogation ! Ici, son oeuvre de la Rue du Mulet.

Stop aux violences faites aux femmes par @f2b_art

Ici une oeuvre signée #F2bart, pour soutenir la lutte contre les violences faites aux femmes. Une fois de plus, un regard qui dérange et la mention « FRAGILE », avec la même typologie que sur les cartons de déménagement, assignée à la femme comme un slogan qui lui colle à la peau… Dans son oeuvre, F2b reprend d’ailleurs les codes de la publicité, du marketing et de la pop-culture comme une critique de la société capitaliste actuelle.

Portraits de femmes par @hopare1

Souvenez-vous, c’était en 2014. À l’occasion du M.U.R Festival, l’association Pôle Magnétic invitait le jeune plasticien et street artiste Hopare, alias Alexandre Monteiro, à habiller 35m carrés de fresque murale. Sur le mur de l’école Stendhal, au coeur du quartier des Chartrons, se nichait cette oeuvre monumentale et résolument féministe qui restera gravée sur les murs comme dans nos mémoires.

Portrait de femme par @skou1995. 

Vous avez forcément déjà croisé ce sourire. Un indice : il se trouve à la Bastide. Gagné, il s’agit bien de la fresque du Darwin, LE teerain de jeu par excellence du graphisme ! En effet, Skou1995 a investi les murs de l’écosystème Darwin avec l’engagement qui lui est propre. Résultat ? Une fresque urbaine qui domine ce tiers-lieu alternatif, une image forte et impactante : le sourire désinvolte d’une jeune femme comme si elle se moquait des injonctions sociales…

Publicité

« This world is your world » par @Jefaerosol

Il est tout simplement impossible d’être insensible devant cette fresque splendide. Cette petite fille qui porte le monde dans ses mains, peinte sur le mur du CHU Pellegrin (Hôpital des Enfants) forme une oeuvre aussi impressionnante que significative. Pleine d’humanisme, cette oeuvre est sans conteste solidaire et féministe.

Les femmes hautes en couleurs d’@alberoner

Si vous pensez avoir déjà croisé ce regard défiant à Bordeaux, c’est tout à fait possible. En effet, le graffeur Alber est bordelais. Au coeur de son oeuvre : des femmes, et de la couleur ! Ses femmes s’affirment, vibrantes et mystérieuses à la fois, elles interrogent et ne laissent jamais indifférent, comme celle-ci.

Le Mur du Souffle par @jeanrooble

L’artiste Jean Rooble s’insurge à coups de bombes et de pinceaux contre la mucoviscidose, en soutien à l’association le Mur du Souffle. Résultat ? Une fresque impressionnante de 5×8 mètres, sous la station Ausone à Bruges. Le portrait de Lisa, 3 ans, dans un style art-déco façon Alfons Mucha. Une fois de plus, la jeune fille est porteuse d’un message, et il est impossible de rester indifférent face à son expression !

À lire sur Bordeaux Secret :
👉 Bordeaux Street Art à vélo : suivez le guide !

©Photo de couverture : F2b_art

À faire Culture